William Shakespeare "Mieux vaut mourir incompris que passer sa vie à s’expliquer."

De tous les auteurs et les réalisateurs de la catégorie « à la manière de », William Shakespeare est le seul dont je n’ai pas réussi à avoir un aperçu avec une seule de ses œuvres. On a tous entendu parlé de « être ou ne pas être » et Roméo et Juliette, mais William Shakespeare a également écrit des pièces historiques et des comédies. Ainsi, il est nécessaire de connaître ces trois genres afin de pouvoir improviser à la manière de William Shakespeare.

Petite parenthèse historique pour replacer Shakespeare dans son époque : nous sommes au XVII ème siècle, et la plupart du temps en Grande Bretagne.

La tragédie

Comme celles de Racine, les tragédies de Shakespeare mettent en scène de grandes familles, souvent nobles ou de pouvoir, avec en personnage principal un membre de ces famille face à un choix impossible à faire, mettant souvent en balance son honneur ou son devoir avec son bonheur personnel. Les scènes de ces tragédies sont généralement pauvres en actions, et se basent surtout sur des monologues ou des dialogues entre le protagonistes. Il arrive, comme dans Roméo et Juliette, qu’un cœur soit présent pour donner au public le contexte et certains éléments clés de l’histoire des personnages. Les tragédies finissent généralement par la mort d’un des personnages principaux, résultante désastreuse du choix qui a finalement été fait. Cependant, cette issue tragique ne semble pas inévitable depuis le début de l’histoire, car si la situation initiale n’augure pas de fin heureuse, elle laisse cependant la place à une solution de moindre mal. Malheureusement, et la pièce ne serait pas tragique sans cela, cette solution n’arrive pas, à cause d’un déroulement des événements différent de celui escompté, et la fin est ainsi porteuse d’un grand malheur pour le personnage principal.

Afin d’avoir un aperçu de la façon dont les personnages s’expriment, voici une version de Hamlet traduite par Victor Hugo, ainsi qu’une de Roméo et Juliette également traduite par Victor Hugo.

La comédie

Shakespeare est beaucoup moins connu pour ses comédies que pour ses tragédies. La raison à cela est probablement que Shakespeare était meilleur tragédien qu’il n’était auteur de comédies. Il ne faut pas s’attendre avec lui à de la Comédia dell arte (même si un metteur en scène peut toujours prendre le parti de l’interpréter ainsi). Si on prend l’exemple d’une de ses comédies les plus connues, Beaucoup de bruit pour rien, l’histoire est plus tragique que comique. Elle relate les effets désastreux que peuvent avoir des mensonges lorsqu’ils sont faits pour salir la réputation et l’honneur d’une jeune femme. Ainsi, cette pièce comporte quelques scènes à l’humour visible, comme la discussion avec les gardes, mais d’un point de vu plus général elle se situe loin de l’humour omniprésent que l’on a dans une pièce de Molière par exemple.

Ainsi, il sera risqué de tenter en impro une comédie sur la catégorie « à la manière de William Shakespeare », tant son style tragique est déjà difficile à reproduire. Quitte à vouloir éviter la tragédie sur cette catégorie, il sera préférable d’opter pour une pièce historique.

La pièce historique

De Richard II à Henry VIII, Shakespeare est l’auteur d’une série de pièces historiques retraçant de façon romancée l’histoire de la Grande Bretagne de 1377 à 1547. Un peu à la façon des tragédies, mais de manière moins extrême dans l’ampleur des malheurs traversés par les personnages, les pièces historiques illustrent les hommes de pouvoir d’Angleterre aux prises avec leurs rivalités et les choix difficiles qu’ils doivent faire en entraînant leurs peuples.

À la différence des tragédies, l’action prend une place beaucoup plus grande dans les pièces historiques. On a ainsi dans Henry IV une scène d’embuscade dans les bois, et une autre de combats à l’épée en plein champ de bataille.

Enfin, pour bien jouer les personnages nobles des pièces historiques de William Shakespeare, il faut s’imprégner de l’état d’esprit des rois, convaincus d’être des élus de Dieu destinés à gouverner les peuples, avec un sens du devoir exacerbé, et une soif de pouvoir constituant le moteur de nombreux soulèvements, conquêtes et trahisons pour accéder à la tête du royaume d’Angleterre.

Comme pour les tragédies et les comédies, il sera intéressant ici aussi de lire quelques lignes d’une pièce historique afin de s’entraîner à reproduire la façon caractéristique dont s’exprime la noblesse britannique, ici avec Henry V traduit par Victor Hugo. Bien noter également le style des noms des personnages, d’origine anglaise pour les pièces historiques, mais de différents pays d’Europe pour les comédies et les tragédies.

Conclusion

Les aspects les plus caractéristiques des pièces de William Shakespeare, et dont la reproduction donnera un très bon effet de respect de la catégorie, sont :

  • La mise en scène de familles puissantes européennes (Anglaises, Danoises, Italiennes…)
  • L’emploi d’un registre de langage et d’expressions correspondant à niveau social des personnages. Il sera pour cela nécessaire de lire des traductions de Shakespeare afin de s’imprégner du registre de langage et des consonances des noms des personnages
  • Le développement d’une histoire simple dans laquelle le personnage principal est face à un choix difficile, et tiraillé par les opinions différentes des personnages secondaires qui s’expriment tour à tour à ce sujet.
  • La possibilité de ne représenter qu’une tranche d’histoire, comme une seule scène ou un seul acte, du moment que les personnages sont suffisamment clairs. Ceci permettra de ne pas essayer de terminer une histoire qui le sera de toute façon toujours trop vite si on le fait sur le temps d’une improvisation (et ce même sur 19 minutes).
William Shakespeare "Mieux vaut mourir incompris que passer sa vie à s’expliquer."