Once upon a time in a far far far country...

C’est au cours d’une soirée de l’automne 1977 (paraît-il arrosée !), que Robert Gravel se mit à imaginer un jeu théâtral, calqué sur les règles du hockey, qui verrait s’affronter deux équipes d’improvisateurs. En face de lui, il y avait Jean Pierre Ronfard, Benoît Gravel et Yvon Leduc. A la fin de la soirée, tout était là. Mais cette idée aurait pu rester une idée de plus, si le lendemain Yvon Leduc n’avait rappelé Gravel pour le persuader de mettre son idée en oeuvre. C’est ainsi que le 21 octobre 1977, à la Maison Beaujeu, après avoir réussi à convaincre douze comédiens de se lancer dans l’aventure, Gravel organisa le premier match d’improvisation théâtrale.

L’expérience du match ne devait durer que trois soirées. Le succès fut tel qu’il fallut continuer, organiser un championnat, etc… En 1979, Le match d’improvisation est au coeur de la scission du Théâtre Expérimental de Montréal, certains le jugeant contraire à la démarche esthétique du TEM, et trop institutionnel. Cela donnera la création de la LNI (Ligue Nationale d’Improvisation). De la Maison de Beaujeu, la LNI ira à l’Atelier Continu, puis à la salle Alfred Laliberté à l’U.C.Q.A.M. (Université de Montréal), pour finir dans la grande salle du Spectrum.

En 1981, la LNI s’exporte en France, à l’invitation du Théâtre de la Commune d’Aubervilliers pour une tournée de quelques dates. L’engouement sera presque immédiat et la LNI se verra invitée en 1982 au festival d’Avignon, où elle se produira dans la cour du lycée Mistral, et en 1983 pour une tournée de 33 dates où elle ira jusqu’en Suisse, formant au passage des dizaines de comédiens à cette nouvelle pratique.

(source : http://match.impro.free.fr/)